NEWS FROM THE JUNGLE 

Presence and absence: maintaining a frontline service during Covid-19

June 12, 2020

** version française ci-dessous **

 

“[The police] keep driving fast towards us on the street, like they want to run us over, and they started taking people with them to some places outside of Calais and keeping on beating them until they faint out” – Eritrean community of Calais. See the full letter here.

 


“The water [from the fire hydrant] is so cold that my hands have become dry, and it is painful. I cannot wash myself because there are always men around, and there is no safe space where women can wash. All I want is to be able to use a shower. The only other water point that we can use to wash our children and our clothes is at Puythouck, 15 minutes’ walk away and you have to cross a motorway. Anyway, if I do wash my clothes they don’t try because it’s so cold here” – a woman who wishes to remain anonymous.

 

 Photo credit: ROOTS

 

13 March – public gatherings of over 100 people are banned. The total lack of comment on the people – at the time an estimated 600 in Grande-Synthe, and 1200 in Calais – living in crowded tented settlements along the coastline seemed almost ironic. Local day centres open to displaced people announced they would be suspending their services, but other than that we felt shielded from the wider changes that had taken place, in Italy and elsewhere.

 

16 March – news of the mass deployment of military police in Paris, in advance of a planned national announcement by Emmanuel Macron that evening, sent associations into what felt like a collective decision-making panic, decisions that would be re-worked and re-made over the coming months based on gnawingly pervasive unanswered questions. Is it possible to limit our services whilst still ensuring people have access to food, warmth and electricity? Is our responsibility at this time to be more present at this time or less? Is our presence in fact increasing the health risk to those we support? Does us continuing our work simply excuse the government from its own responsibilities during this time?

 

And the immediate, more basic questions – how do we protect others as well as ourselves? What do we tell our volunteers? How do we get immediate translations of information about changes going on, to send to families who are expecting us to be there this time tomorrow?

 

17 March – national confinement measures begin. Anyone leaving their house is required to carry a signed authorisation specifying the reasons why. Associations or individuals ‘providing assistance to vulnerable people’ are allowed to continue working under these new regulations, provided they have the necessary authorisation documents. This does not prevent, however, the pervasive feeling of anxiety every time we are passed, or stopped, by a police van, who are still operating under a hostile anti-‘points of fixation’ policy that wants displaced people, and those supporting them, gone from the area.

 

23 March – One week later, and the world around already looks like a dystopia. The death rate has surpassed 1000 in France, and 25,000 Europe wide, and yet governments – the British particularly – are avoiding implementing the necessary legislative and practical protections for vulnerable groups, even at a time when the mantra of ‘my health is dependent on that of my neighbour’ seems to be being globally wielded. People on the street no longer stop to engage with you, but police vans do. Fines of refugee support associations still operating in Calais – legally and with the authorisation of the Préfecture – multiplied, with 16 fines of 135 EUR by 6 April, mainly targeting the same distribution organisations routinely harassed by CRS police missions.

 

As grassroots organisations limited their operations, or had to withdraw entirely, the State did take some steps to fill the most basic of needs. The Secours Populaire was brought in to distribute dry food packs in Grande-Synthe three times a week – meagre in comparison to the twice daily hot meals of Salam and Refugee Community Kitchen – whilst in Calais the Préfecture agreed to mandate the Protection Civile to carry out transfers to the hospital. None of the steps taken by the State however built on dialogue with, or the participation of, displaced communities, whose voices and experiences throughout the lockdown period have been marginalised once again.

 

 Photo credit: Solidarity Border

 

Increasingly complex situations arose. As the medical organisations were forced to suspend services in Grande-Synthe, people no longer knew how to get to the local hospital if needed. Families who had been intercepted by boat, or arbitrarily arrested and brought to Calais, found themselves stranded and often separated from other family members as police prevented anyone looking displaced – relying on aggressive facial profiling – from boarding trains. Buses in Calais refused event to stop for people, or removed them violently.

 

Meanwhile, in Calais a sheltering operation announced by the Préfecture kept being delayed without notice, whilst in Grande-Synthe we were still faced with a radio silence from the Préfecture in response to our multiple demands that people be offered accommodation and water and showers be installed in the living sites. That was until Friday 3 April when families told us they had been issued with paper notices regarding a sheltering operation in three days’ time, but no further information on how or where to. The notice read:

 

“To ensure everyone’s protection during this epidemic period, shelters will be provided to welcome you and keep you safe […]. Not respecting these measures will result in immediate sanctions (fines, imprisonment…).”

 

Is ‘safety’ upon threat of criminalisation really safety?

 

Angered but perhaps unsurprised, the following week we saw a large-scale police operation (at least 18 police vans) in the abandoned La Liniere warehouses where around 35 families and 300 single men were staying. No spaces were available for single men, meaning many were not left with any option but to remain outside. Families were, once again, provided no information on the destination of the buses they were taken on, only to find themselves brought to centres often with crowded living spaces, dirty shared bathrooms and insufficient food. In a confusing contradiction, the same week on 7 April, four shower blocks were installed in La Liniere by the Préfecture.

 

Shifting challenges

After both volunteers and two fellow coordinators being obliged to leave the Women’s Centre due to movement regulations and planned breaks, we found ourselves down to two coordinators. Whilst our capacity and presence was drastically reduced, the flexibility of the families we work with and the network of solidarity and mutual care among actors in northern France allowed things to keep going – a special thanks to partners including Project Play, Utopia 56, Collective Aid, Help Refugees, Calais Food Collective and Solidarity Border.

 

During this time, the number of families arriving continued to increase, as confinement regulations in reception centres meant people on the move were unable to stay there, and favourable weather conditions meant more people were persuaded to attempt the Channel crossing by boat. We continued responding to material and information needs of the rising number of families in Grande-Synthe. However, our ability to provide a safe and reliable daily space for women living outside was lost. We were no longer able to stay and chat for a long time with women, and provide a safe and confidential space – usually carefully constructed around our van, or the weekly use of a local indoor space – in which women could build up trust in our service, disclose issues of violence or sexual health, request support reaching beyond immediate material needs.

 

This ‘space’ became instead via the phone – now one non-stop buzz – as we began to do daily check-ins and sharing of information via calls and messages. However, asking if a woman is OK in the knowledge that she may be surrounded by ten other people places limits on her ability to respond to you. Arranging and keeping meeting locations via message is often impossible when women have no access to a phone charging point, after associations previously providing charging generators could no longer be present.

 

The challenges in simply accessing, and remaining in touch with, people whilst being less present on the ground was compounded by large-scale police evictions of living sites. Women and men alike dispersed across the area surrounding Grande-Synthe, setting up camp in old industrial zones, in woods, in fields, as far from police eyes as possible. Which also means far from other community members who would offer support and information, as well as from the outreach of associations. Women and families were arriving who we could not reach.

 

We are frequently contacted by media interested to know whether the global reported increase in cases of domestic violence as a result of lockdowns is also being seen among the displaced population here. Our ability to answer is frustratingly reduced by this very intentional dispersion and invisibilisation of displaced people living rough – we simply didn’t know. The existence of safe spaces, and therefore also of a person’s ability to disclose harm done to them, have been dramatically restricted.

 

The work continues

 

A reduced ground presence has brought multifold challenges. It has also, however, created an opportunity for the widening of other parts of the Women’s Centre work. Data collection and advocacy became paramount to our efforts to push local authorities to act. Fuelled by fear and anger at the lack of governmental response even during a global health crisis – or perhaps in fact a very intentional, crafted response of withdrawal – networks of grassroots groups in northern France began work on an online awareness raising campaign #Confinéesdanslarue, on multiple letters to local state representatives, on initiating meetings with regional and national bodies in order to counter the silencing of the situation in northern France.

 

This time has allowed us to glimpse an achievably different form of action and organising, one which focuses more attention on calling state actors up on their own responsibilities – from providing masks, to ensuring access to toilets and showers, to investigating police violence. This has always been a part of our work at RWC, but the long days of ground work have tended to take precedence.

 

We have seen that the state can be made to step up to meet its own responsibilities when it is left no other choice. The provision of basic food, installation of showers and opening up of more accommodation spaces – although woefully insufficient and of shamefully poor standard – was an incremental but significant reminder of the state’s own duty of care towards marginalised populations and those with no other means by which to protect themselves. The French government has already retreated from this, ending the food distributions in Grande-Synthe and announcing the official closure of the Covid-19 sheltering operation. But the work pushing for these responsibilities to continue to be recognised goes on.

 

Presence et absence: Comment maintenir les services de première ligne durant COVID-19

 

 

« [La police] continue de rouler vers nous à toute vitesse dans la rue, comme s’ils voulaient nous écraser, et ils ont commencé à emmener des gens dans des endroits en dehors de Calais, en les battant jusqu’à ce qu’ils s’évanouissent » - Communauté érythréenne de Calais. Cliquer ici pour leur lettre en entier.

 

« L’eau [de la pompe à incendie] est tellement froide que mes mains sont toutes sèches, et ça fait mal. Je ne pas me laver parce qu’il y a toujours des hommes présents, et il n’y a pas d’endroit sûr où les femmes peuvent se laver. Tout ce que je veux c’est utiliser une douche. Le seul autre point d’eau que nous pouvons utiliser pour laver nos enfants et nos habits est à Puythouck, à 15 minutes de marche et on doit traverser une autoroute. De toute manière, si je dois laver mes habits, ils ne sèchent pas parce qu’il fait si froid ici » - une femme qui veut rester anonyme.

 

 Photo credit: ROOTS

 

13 mars – Les rassemblements publics de plus de 100 personnes sont interdits. L’absence totale de commentaires sur les personnes – estimées à 600 à Grande-Synthe, et 1200 à Calais à l’époque – vivant dans des agglomérations de tentes surpeuplées le long de la côte parait presque ironique. Des centres d’accueil locaux ouverts aux personnes déplacées annoncent qu’ils suspendent leurs services, mais à part cela nous nous sentons isolées des évolutions ayant lieu en Italie ou autre part. 

 

16 mars – Nous apprenons que la police militaire a été déployée à Paris, en appréhension d’une déclaration nationale d’Emmanuel Macron attendue ce soir. Cette information projette les associations dans une sorte de panique de prise de décision, des décisions qui seront retravaillées et réévaluées dans les mois à venir, basées sur des questions rongeantes et envahissantes sans réponses. Est-il possible de limiter nos services en assurant que tout le monde ait accès à de la nourriture, un endroit où se chauffer et de l’électricité ? Est-ce notre responsabilité d’être plus présentes en ces temps-ci ou de l’être moins ? Notre présence augmente-t-elle les risques pour la santé de ceux que nous soutenons ? Est-ce que le fait de continuer notre travail exempte simplement le gouvernement de prendre ses propres responsabilités ? Et la question immédiate, plus basique – comment est-ce que nous protégeons les autres et nous-même ? Que disons-nous à nos volontaires ? Comment avons-nous accès à la traduction immédiate des informations sur des changements et les décisions prises, afin de les envoyer à des familles qui nous attendent le lendemain ?

 

17 mars – Les mesures de confinement sont déployées au niveau national. Chaque personne qui quitte son domicile est requise de porter sur elle une autorisation qui spécifie les raisons de son déplacement. Les association et individus venant en ‘assistance aux personnes vulnérables’ sont autorisées à continuer leur travail, à condition qu’elles aient les autorisations nécessaires. Cela n’empêche pas le sentiment d’angoisse à chaque fois que nous passons ou sommes arrêtés par une voiture de police, qui continuent d’opérer dans un mode hostile d’évitement de ‘points de fixation’ qui veut que les personnes déplacées ainsi que ceux qui leurs viennent en aide partent de la région.

 

23 mars – Une semaine plus tard, le monde autour de nous ressemble déjà à une dystopie. Le taux de mortalité a surpassé les 1000 en France, et 25000 dans toute l’Europe, et toujours les gouvernements – le britannique particulièrement – esquivent les mesures législatives nécessaires, ainsi que les protections pratiques pour les groupes vulnérables, même dans une période ou le mantra de ‘ma santé dépend de celle de mon voisin’ parait être la règle sacrée à travers le monde. Les personnes dans la rue ne s’arrêtent plus pour interagir avec vous, mais les fourgonnettes de police, elles, si. Les amendes à l’adresse d’associations qui opèrent encore à Calais – légalement et avec l’autorisation de la Préfecture – se multiplient, avec 16 amendes à hauteur de 135€ jusqu’au 6 avril, visant surtout les organisations de distributions qui sont quotidiennement harcelées par les opérations CRS.

 

Alors que les organisations de terrain sont limitées dans leurs opérations, ou doivent se retirer entièrement, l’État prend quelques mesures afin de répondre aux besoins les plus basiques. Le Secours Populaire est appelé sur le terrain, afin de distribuer des paquets de nourriture sèche à Grande-Synthe trois fois par semaine – une ration maigre en comparaison avec les deux repas chauds par jours préparés par Salam et Refugee Community Kitchen – alors qu’à Calais, la Préfecture accepte de mandater la Protection Civile pour les transferts à l’hôpital. Par contre, aucune des mesures prises par l’État sont basées sur un dialogue avec, ou la participation des communautés déplacées. Les voix et les expériences de celles-ci ont été marginalisées une fois encore.

 Photo credit: Solidarity Border

 

Des situations complexes surgissent de plus en plus. Alors que les organisations médicales sont obligées de suspendre leurs services à Grande-Synthe, les gens ne savent plus comment accéder à l’hôpital s’il y a besoin. Les familles qui sont interceptées en bateau, ou arrêtées arbitrairement et amenées à Calais, se retrouvent abandonnées et souvent séparées d’autres membres de leur famille alors que la police empêche toute personne ayant l’air d’une personne déplacée – se basant sur un profilage racial agressif – de monter dans des trains. Les bus à Calais refusent même de s’arrêter ou évacuent violemment des personnes.

 

Pendant ce temps, à Calais une opération d’hébergement annoncée par la Préfecture continue d’être repoussée sans prévenir, alors qu’à Grande-Synthe, nous étions toujours confrontées à un silence radio de la Préfecture en réponse à nos multiples demandes qu’un hébergement, un accès à l’eau et des douches soient installées dans les espaces de vie. Jusqu’au vendredi, 3 avril, quand les familles nous disent qu’elles ont reçus des papiers disant que des opérations d’hébergement allaient avoir lieu dans trois jours, mais sans plus d’informations concernant le comment ou leur destination. Les papiers disent :

 

« Afin d’assurer la protection de tout le monde durant cette période d’épidémie, des hébergements vont être mis à disposition afin de vous accueillir et d’assurer votre sécurité […] Le non-respect de ces mesures résultera dans des sanctions immédiates (amendes, emprisonnement…) »

 

La ‘sécurité’ en cas de menace de criminalisation est-celle vraiment une sécurité ?

 

Furieuses, mais pas vraiment surprises, la semaine suivante nous voyons des opérations policières à grande échelle (au moins 18 fourgonnettes) dans les entrepôts de La Linière où quelques 35 familles et 300 hommes seuls étaient abrités. Il n’y a pas d’espace mis à disposition pour les hommes seuls, ce qui veut dire qu’ils sont laissés sans autres choix que de rester dehors. Les familles sont une fois de plus laissées sans informations sur la destination des bus dans lesquels on les fait monter, se retrouvant dans des centres avec des espaces de vie souvent surpeuplés, des salles de bain sales et pas assez de nourriture. Dans une contradiction déconcertante, la même semaine, le 7 avril, quatre cabines de douches sont installées par la Préfecture à La Linière.

 

Défis en évolution

Après que les volontaires, ainsi que deux collègues coordinatrices ont été obligées de quitter le Women’s Centre suite aux règlements de mouvement ou des congés planifiés, nous sommes plus que deux coordinatrices. Alors que notre capacité est réduite drastiquement, la flexibilité des familles avec lesquelles nous travaillons et le réseau de solidarité et soins mutuels des acteurs dans le Nord de la France font en sorte que les choses se poursuivent – un grand merci à nos partenaires qui sont (entre autres) Project Play, Utopia 56, Collective Aid, Help Refugees, Calais Food Collective and Solidarity Border.

 

Durant cette période, le nombre de familles arrivant continue à augmenter, alors que les règles de confinement dans les centres d’accueil signifies que les personnes en déplacement ne peuvent pas y rester, et des conditions de météo favorables provoquent plus de tentatives de traverser la Manche en bateau. Nous continuons de répondre aux besoins matériels et informatifs des familles dont le nombre augmentent à Grande-Synthe. Cependant, nous avons perdu notre habilité de fournir un espace sûr et fiable quotidien aux femmes vivant dehors. Nous sommes plus capables de rester et parler longtemps avec les femmes, et leur mettre à disposition un espace sûr et confidentiel – normalement cet espace est construit avec soin autour de notre camionnette, ou durant l’usage d’un espace intérieur chaque semaine – dans lequel les femmes peuvent développer confiance dans nos services, reporter des incidents de violence ou de santé sexuelle, demander du soutien qui va au-delà de besoins matériels.

 

Cet ‘espace’ a été transféré vers le téléphone – devenu en bourdonnement non-stop – alors que nous commencons à faire des checks quotidiens et des partages d’informations via appels et messages. Malgré tout, demander à une femme si elle va bien, alors qu’elle est entourée de dix autres personnes limite sa capacité de répondre. L’organisation et le maintien de lieux de rendez-vous via message est souvent impossible quand les femmes n’ont pas accès à un point de chargement pour leurs téléphones, vu que les associations mettant à dispositions des générateurs de charge ne sont plus présentes.

 

Les défis pour simplement avoir accès et garder contact avec les personnes en étant moins présentes sur le terrain sont aggravés par des expulsions policières à grande échelle. Femmes et hommes se dispersèrent dans la région autour de Grande-Synthe, montant des camps dans des vielles zones industrielles, dans des forêts, dans des champs, le plus loin possible du regard de la police. Loin aussi d’autres membres de la communauté qui pourraient leur fournir des informations et du soutien, et loin de l’aide des associations. Nous sommes souvent contactées par des médias qui veulent savoir si la hausse globale de violence domestique suite au confinement est également visible dans les populations déplacées ici. Notre habilité de répondre est réduite de manière frustrante par la dispersion intentionnée et l’invisibilisation des personnes déplacées vivant dehors – nous ne le savons pas tout simplement. L’existence d’espaces sûrs, et la possibilité pour une personne d’éviter qu’on lui fasse du mal, a été réduite de manière dramatique.

 

Le travail continue

 

Une présence sur le terrain réduite a provoqué une multitude de défis. Elle a aussi, malgré tout, crée une opportunité pour l’élargissement d’autre parties du travail du Women’s Centre. La collection de données et la promotion de droits sont devenues primordiales pour nos efforts à pousser les autorités locales à agir. Motivées par la peur et la colère en voyant le manque de réponse de la part du gouvernement même durant une crise de santé globale – ou peut-être en effet une réponse et un retrait très intentionnel – des réseaux de groupes de terrain dans le Nord de la France ont commencé à créer une campagne de sensibilisation en ligne #Confinéesdanslarue, ont formulé multiples lettres à des représentatifs d’état locaux, ont initiés des rencontres avec des organes régionaux et nationaux afin de contrer le silence sur la situation dans le Nord de la France.

 

Cette période nous a permis d’apercevoir une forme d’action et d’organisation différente et réalisable, qui se concentre sur l’appel des acteurs d’état à assumer leurs propres responsabilités – de mettre des masques à disposition, ainsi que des toilettes et des douches, d’enquêter sur la violence policière. Cela a toujours fait partie de notre travail au RWC, mais les longues journées sur le terrain prenaient toujours le dessus. Nous avons vu que l’état peut être forcé à prendre ses propres responsabilités quand il ne lui reste plus aucun choix. La mise à disposition de nourriture de base, l’installation de douches, l’ouverture d’hébergements supplémentaires – même si lamentablement insuffisante et de qualité honteuse – a été un rappel graduel mais signifiant qu’il revient à l’état de prendre soin des populations marginalisées et ceux qui n’ont pas de moyens pour se protéger eux-mêmes. Le gouvernement français s’est déjà retiré de cette obligation, arrêtant la distribution de nourriture à Grande-Synthe et annonçant la clôture officielle des opérations d’hébergements COVID-19. Mais le combat pour la prise en charge de ces responsabilités continue.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload